Enfin, le moment de la rencontre

Par Catherine Jobin, bénévole pour le Conseil Mondial 2011

Zürich, aéroport, 11h30, Terminal 1 : imaginez un immense hall, grouillant de monde. Notre mission est de rejoindre l’équipe des bénévoles dont la tâche est d’accueillir les déléguées à leur arrivée sur sol suisse. Nous cherchons l’endroit et soudain, les voici, les t-shirts rouges: ils nous guident pour arriver au desk où nous sommes reçues comme à la maison: un mot de bienvenue, un café, de quoi manger, que c’est agréable.

Cette qualité d’accueil correspond au concept développé avec soin par l’équipe chargée de l’organiser, en particulier par Sarah Tandang et Julia Petrig, qui en a fait le sujet d’une recherche: l’idée est que chaque bénévole reçoive des informations sur les différentes façons de se dire bonjour d’un pays à l’autre: sourire, se tenir à la juste distance, regarder l’autre dans les yeux. Une manière de recevoir qui permette à chaque déléguée de se sentir arriver dans un monde sûr.

Bienvenue à Zürich – un accueil digne d’un monde sûr

Dès samedi 9 juillet et sur trois jours, quelque mille femmes en provenance d’une centaine de pays  atterrissent à l’aéroport de Zürich, accueillies par une équipe dynamique et très motivée d’une trentaine de bénévoles par tranche horaire. Un accueil organisé de longue date et pensé dans les moindres détails, y compris dans la perspective de porter un soin particulier aux  premiers instants de la rencontre : une manière de recevoir qui permette à chaque déléguée au Conseil Mondial de découvrir un monde sûr.

Une prise en charge très concrète

La qualité d’accueil visée repose sur une organisation bien orchestrée. En fonction de l’arrivée des avions, des bénévoles sont envoyés au fil des heures aux terminaux concernés, afin de se faire connaître. Ils conduisent ensuite leurs hôtes au desk prévu pour un premier enregistrement. Les femmes qui ont souvent voyagé de longues heures peuvent s’asseoir quelques instants, exprimer leurs impressions et leurs besoins souvent très divers. Elles peuvent également se restaurer et se reposer si elles le souhaitent, avant de rejoindre leur hôtel, ou demander à être accompagnées de suite au logement qui leur a été réservé, en train, tram ou bus: quelques voitures peuvent également transporter les personnes plus âgées, très chargées ou pour tout autre bonne raison particulière, mais l’idée est de privilégier avant tout l’utilisation des transports publics.

Un concept d’accueil personnalisé

L’idée originale repose sur la conception d’un accueil spécifique, tenant compte de la culture de chaque participante: comment souhaite-t-on la bienvenue dans tel ou tel pays, à quels aspects est-il important d’être attentif, quels gestes ou paroles aident à procurer un sentiment de confort, autant de questions que Julia Petrig, 17 ans, a étudiées de manière approfondie. Les bénévoles engagés ont ainsi été informés du concept élaboré spécialement pour l’occasion et des spécificités de chaque culture.

Julia, dont émane un enthousiasme communicatif, nous l’explique: ‘’accueillir chaque femme avec un sourire, à une juste distance par rapport à sa culture, et en la regardant dans les yeux. Il s’agit également  de la saluer à la manière suisse, en lui serrant la main, en lui donnant des informations sur ce qui va suivre et sur le rôle des personnes présentes. En résumé, un accueil bienveillant et procurant le sentiment de valeur et d’existence propre.’’

Au fil de quelques rencontres

Une femme arrivant d’Asie, son avion a du retard, Julia et sa mère l’attendent. Croyant l’avoir manquée, elles se déplacent vers la sortie quand cette femme aperçoit leur panneau et les accoste: son visage s’éclaire en découvrant qu’elle est attendue, les échanges sont riches au cours du trajet qui l’amène à son adresse.

Un groupe d’une trentaine de femmes africaines arrivent dans leurs costumes colorés, enchantées de découvrir un comité d’accueil en t-shirts rouges, bien visibles. La rencontre est chaleureuse, elles serrent les bénévoles dans leurs bras, prennent des photos, rient et dansent. Un monde se crée l’espace d’un moment dans le hall d’arrivée de l’aéroport. Plusieurs bénévoles tentent d’organiser leur déplacement, leur récit décrit un voyage haut en couleurs: certaines ont peur de l’escalier roulant, d’autres oublient leurs bagages en montant dans le train, quelques-unes se perdent en prenant l’ascenseur. Au final, toutes sont tout de même arrivées à bon port. Pour les bénévoles suisses, un exercice de souplesse et de créativité, et l’apprentissage que la notion du temps peut être très relative.

Un accueil dans l’esprit des YWCA

Au travers des rencontres qui se nouent dans le hall de l’aéroport, c’est toute la vie du mouvement YWCA qui est symbolisée l’espace de quelques jours. La plupart des jeunes bénévoles présentes ont moins de trente ans et cet engagement constitue une occasion de s’exprimer en d’autres langues, de découvrir d’autres façons de vivre et de concevoir le quotidien, d’expérimenter les enjeux d’une authentique solidarité. Pour certaines d’entre elles, c’est également une opportunité de découvrir toutes les facettes de l’élaboration d’un projet, d’assurer la formation de collaborateurs, ou de diriger une équipe. Plus largement, c’est aussi pour d’autres l’occasion de manifester leur reconnaissance pour l’accueil reçu ailleurs lors d’un précédent Conseil Mondial. Enfin, il faut citer quelques femmes qui ont rejoint le mouvement presque par hasard, en répondant à l’appel de recherche de bénévoles: sensibles aux questions concernant les femmes ou ayant beaucoup voyagé, elles sont venues proposer leur aide et leur motivation. En résumé, ces rencontres à l’aéroport peuvent résumer à elles seules les valeurs prônées par le mouvement: qui que tu sois, d’où tu viens, tu appartiens à une communauté où tu as ta place et ton rôle à jouer.

L’arrivée de mille femmes en provenance de plus de cent pays au Conseil Mondial à Zürich: une occasion unique de développer en largeur et en profondeur ses qualités humaines.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 71 other followers